Généralités
accueil
contact
notre équipe
historique
  Dossiers
homéopathie
aromathérapie
 – provenance huiles
 – extraction
 – critère qualité
 – prise médicaments
 – conclusion
huiles essentielles
oligo-éléments
spagyrie
rhume des foins
  Fiches conseil
la toux
rhume des foins
brûlures d'estomac
ballonnements

Critère de qualité

Il faut savoir qu'actuellement l'aromathérapie peut être considérée comme thérapie "à la mode".

De plus en plus une multitude de vendeurs ont vu le jour, et une multitude d'acheteurs s'intéressent aux substances et produits naturels.

A QUOI RECONNAIT-ON UNE BONNE HUILE ESSENTIELLE D'UNE MAUVAISE HUILE ESSENTIELLE ?

La première chose que toute personne intéressée à l'aromathérapie doit savoir, c'est que le terme d'essence ne peut s'appliquer qu'à certaines substances odorantes provenant d'agrumes.

En effet, les termes "essence" et "huile essentielle" concernent deux substances différentes.

Essence   substance naturelle que sécrète la plante dans ses organes producteurs.
Huile essentielle   résultat de la distillation à la vapeur d'eau (alambic) de parties de plante ou d'arbres aromatiques pour en extraire l'essence.

L'essence naturelle ou l'huile essentielle de qualité est fait d'un tout cohérent et indissociable. C'est cet ensemble de principes actifs qui font la richesse de cette thérapie. On ne peut en aucun cas imaginer qu'un ou deux principes actifs majoritaires puissent remplacer une huile essentielle naturelle thérapeutique.

La mention pure et naturelle à 100 % est insuffisante. Avant l'achat et l'utilisation de toute huile essentielle, il est nécessaire de s'assurer de trois précisions, qui vont permettre de définir correctement les caractéristiques spécifiques d'origine d'une huile essentielle:

1. L'ESPECE BOTANIQUE

Il est nécessaire de connaître avec précision l'espèce botanique de la plante utilisée pour la distillation. Une espèce botanique correctement définie présente le nom de genre, suivi d'une épithète qualificative, et parfois de la variété si elle existe.
Ex : Lavandula hybrida abrialis

Cette dénomination est d'autant plus importante pour les eucalyptus. Il faut savoir qu'il existe environ 500 espèces différentes d'eucalyptus, et que seule une dénomination correcte et précise permet de savoir quelle plante est utilisée, et rend plus difficile les falsifications éventuelles.

2. L'ORGANE PRODUCTEUR

Si ce critère importe peu pour les espèces distillées "plantes entières", il est très important pour certains végétaux (arbres et arbustes), puisque l'essence varie qualitativement suivant la partie de la plante utilisée.

Cannelle écorce
=>
aldéhyde cinnamique
Cannelle feuille
=>
eugénol

3. LA SPECIFICITE BIOCHIMIQUE

Ce troisième critère permet de caractériser de façon précise le ou les principes actifs majoritaires contenus dans l'huile essentielle en question, et permet par conséquent de limiter les risques lors de l'utilisation.

Thym vulgaris à thymol Thym vulgaris à linalol

 

< page précédente haut page suivante >
  Actuel
en promotion
pharmacies de garde
calendrier pollinique